L à O

DSC08712Roger LAAGE  a été professeur de chimie en mathématiques spéciales (PC*). Passionné de chimie, il refuse de se laisser enfermer dans une spécialité, préférant contempler le monde dans toutes ses dimensions.


Danièle LACASA a été chercheuse scientifique et enseignante au niveau master et doctorat en Biologie Cellulaire à l’Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale et d’enseignement à l’Université Pierre et Marie Curie (Sorbonne Université). Elle a participé à de nombreux congrès internationaux. Elle a encadré des étudiants en Master et en Doctorat. Actuellement, elle est consultante scientifique auprès d’une start-up, et participe à la diffusion de la culture scientifique vers un large public.

Elle propose des cours actualisés sur l’origine du vivant et l’épigénétique,  puis reviendra sur les origines du vivant.



s200_simone_jeanne.lafleuriel-zakri.jpegSimone LAFLEURIEL-ZAKRI est une historienne française passionnée de géopolitique qui a épousé le calligraphe syrien Naaman Zakri. Elle partage sa vie entre Paris et Alep tout en contribuant, par ses écrits et ses interventions médiatiques, à une meilleure connaissance du monde arabe. Son  dernier roman paru, « La botaniste de Damas », foisonne de personnages célèbres,  avec une méticuleuse précision dans les  détails , il  retrace en même temps l’époque des mercenaires, des croisés et des luttes sanglantes et confessionnelles d’une région vouée de toute évidence, de tout temps, à la turbulence et l’agitation.(cf article de l’Orient le Jour 14/08/2019). Elle termine actuellement un ouvrage sur Agatha Christie.


Gérard LAFLOTTE a été cadre de l’automobile à PSA. Il est le président de la section vidéo de l’Association Sportive et culturelle Peugeot-Citroën Poissy (ASCAP) et de l’association bibliothèque des malades du CHI de Poissy.
Passionné de cinéma, il présentera les films du ciné-club sous leur aspect technique, tandis que Miriam Meier les insérera dans leur contexte historique.


Ascensio LARA est un ingénieur civil  ayant dédié sa vie professionnelle  au métier-passion de grands ouvrages d’infrastructure hydrauliques: barrages, hydroélectricité, transferts d’eau et protection contre les crues.
Mais il est aussi tombé  très jeune dans  le creuset des mots, dont il a eu toujours plus envie de suivre le voyage  à travers le temps et l’espace. Son métier l’a conduit à travers le monde, le mettant en contact avec d’autres langues et cultures qui n’ont fait que renforcer cette passion.


Marie-Paule LARA va présenter en tandem avec Sonia DUMAS, en premier, Cervantès et son contexte pour aborder ensuite Don  Quichotte.
Ce cycle est reporté à l’an prochain 2021-22.

IMG_1320Claude LARCHER est  retraité de l’ industrie automobile (PSA)  et est depuis toujours passionné  par l’horlogerie. Il s’occupe de l’association nationale (reconnue d’utilité publique ) AFAHA – association française des amateurs d’horlogerie ancienne- et s’intéresse à  la restauration de pièces anciennes.


20190417_143410 (2)Michel LEFEBVRE, professeur certifié hors classe de mathématiques récemment retraité, a étudié l’acoustique au laboratoire d’acoustique musicale de l’université Paris 6 auprès d’Emile Leipp, directeur de recherche au CNRS, considéré comme le fondateur de l’acoustique musicale. Il  est également violoniste amateur de bon niveau et participe régulièrement à des concerts de musique de chambre. Il s’intéresse beaucoup à l’histoire des mathématiques, histoire qui traverse depuis des millénaires toutes les civilisations et crée un lien unique entre elles.


Jean LE FLOCH est cadre retraité  spécialisé en électrotechnique et en formation professionnelle sur le risque électrique. Il est animateur en milieu scolaire au sein de l’association  « École et Vie Locale », sur la Connaissance de l’Entreprise, le Savoir Être citoyen et les Risques Spécifiques aux Réseaux Sociaux. Membre du conseil d’administration du Cercle d’Études Historiques et Archéologiques de Poissy (CEHA), il y assure la responsabilité et l’animation des sections «  Généalogie » et « Numismatique ». Il rédige en 2006 l’ouvrage « L’atelier monétaire de Poissy », édité par le CEHA, qui a obtenu la mention spéciale par le jury du Prix du livre d’histoire locale décerné par le Conseil Général des Yvelines.


Agnès LHERMITTE est docteure ès lettres. Elle a enseigné  à l’Université de Bordeaux-Montaigne la littérature française du XIXe siècle . Elle est l’auteure de Palimpseste et merveilleux dans l’œuvre de Marcel Schwob, paru chez Champion en 2002.

Elle propose un cycle de trois conférences sur le thème de L’ILLUSTRATION, DIALOGUE TEXTE/IMAGE, A TRAVERS TROIS EXEMPLES:

1- Les éditions illustrées des contes de Perrault au XIXe siècle

Les Contes de ma mère l’Oye de Charles Perrault ont été fréquemment illustrés depuis leur première publication. Mais c’est au XIXe siècle, avec le double développement des techniques de reproduction et des enjeux éducatifs du livre de jeunesse, que les éditions illustrées se multiplient. Du livret populaire au livre pour bibliophiles, des beaux « livres d’étrennes » (dont la splendide édition de Gustave Doré) aux versions religieusement corrigées, de l’imagerie romantique aux dessins humoristiques, les interprétations que donnent des contes de Perrault leurs éditions illustrées sont un miroir des diverses facettes de ce siècle, de l’esprit d’un temps.

2- La Porte des rêves, un « beau livre 1900 »

En 1897, l’éditeur bibliophile Octave Uzanne réunit quinze contes de l’écrivain symboliste Marcel Schwob, et confie l’illustration et la décoration de ce volume de luxe à Georges de Feure, artiste qui a assimilé les influences de l’époque (japonisme, symbolisme…) pour devenir un représentant éminent de l’Art nouveau (NB : LE spécialiste de Georges de Feure est … Ian Millman). L’imagerie onirique des planches, de l’ornementation, et surtout du célèbre tripti-frontispice, fait écho, quoique avec des écarts stimulants, au merveilleux des textes.
(Le volume était présenté à l’exposition « 1900 » du Grand Palais en 2000.)

Voici quelques-unes des illustrations qui ont été commentées:Perrault site

3- Claude Cahun et Moore, du symbolisme au surréalisme

Claude Cahun (pseudonyme de Lucy Schwob), née à Nantes en 1894, est connue par ses photographies et ses écrits surréalistes. Son œuvre, réalisée en grande partie en collaboration avec sa compagne Suzanne Malherbe (dite Moore), graphiste de talent, épouse les étapes de la modernité au cours de la première moitié du XXe siècle. Après des « Chroniques de la mode » impertinentes illustrées par les dessins de mode de Moore, Claude Cahun publie Vues et visions (1919), poèmes en prose de style symbolistes encadrés et illustrés par des gravures de Moore, puis en 1930 un essai autobiographique et poétique d’esprit surréaliste, dont chaque chapitre est accompagné de photomontages photographiques. Toute une évolution esthétique à travers des techniques diverses.

L’association LINGUARIK est bien connue depuis dix ans à Poissy. Elle organise tous les ans de nombreuses activités d’échanges culturels avec la Russie. Elle a conclu avec l’Université populaire un partenariat, que nous espérons long et fructueux, et viendra plusieurs fois au cours de l’année nous présenter divers aspects de la Russie. Les membres de l’Université populaire sont invités à assister gratuitement aux activités organisées en commun hors de nos cours.

Dans le cadre des Journées du Patrimoine: Maison Melnikov, Moscou – Villa Savoye, Poissy : exemple du jumelage entre les monuments français et russes. Avec Vlada Boussyguina, Chargée des archives, Centre des archives de la Cité de l’architecture et du patrimoine.
MM_petit.jpg
En 2016,  4 monuments français ont signé  des conventions de jumelages avec 4 monuments russes. Parmi eux se trouvent  la villa Savoye de Le Corbusier et la maison Melnikov à Moscou, monuments emblématiques de l’architecture moderne, datant toutes deux de la fin des années 1920.
Qui était Constantin Melnikov ? Quelle est la particularité de la Maison Melnikov à Moscou ? Pourquoi ces deux monuments ont été choisis pour le jumelage ? Vlada Boussyguina (Traven), chargée d’étude documentaire à la Cité de l’architecture & du patrimoine, vous apportera des explications lors de la conférence organisée dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine.
Vlada Boussyguina (Traven) est architecte-urbaniste de formation, diplômée de l’Institut d’architecture de Moscou (MARKhI) et docteure en architecture (Université Paris 10).

 ————

samedi 14 novembre à 17h30: visioconférence: « Ivan Bounine, lauréat du Prix Nobel de la littérature de 1933″. A l’occasion du 150ème anniversaire de la naissance d’Ivan Bounine, écrivain, poète, lauréat du Prix Nobel de la littérature de 1933, découvrez la vie et l’oeuvre de cette personne extraordinaire. Né en Russie, Bounine a passé une partie de sa vie en France.  Il est considéré comme un des plus grands prosateurs de la littérature russe du XXe siècle. Parmi ses œuvres les romans  Le Village (1910), La Vie d’Arséniev (1930-1933), Le Sacrement de l’amour (L’Amour de Mitia) (1925). Pour aller plus loin : Cinq œuvres de Bounine à lire absolument https://fr.rbth.com/art/culture/2015/10/22/cinq-oeuvres-divan-bounine-a-lire-absolument_497693
Avec  Andreï Korliakov, historien-iconographe indépendant français spécialisé en émigration de l’Empire russe vers l’Europe et le monde depuis 1861 – 1917 – 1991. Auteur de nombreux albums de photographies. Auteur de nombreux ouvrages publiés à YMCA-PRESS « Culture Russe en exil, Europe 1917-1947 », « Le Grand Exode russe, Europe 1917-1939 », « Vers le succès, 1917-1947 », « Honneur et Dignité maintenus, 1917-1947 », « Histoire illustrée de l’émigration russe, 1917-1947 » et « Le Corps Expéditionnaire russe en France et à Salonique, 1916-1918 », co-auteur Gérard Gorokhoff . https://www.facebook.com/akorliakov

Le samedi 28 novembre à 17h30: « Les Romanov, une dynastie maudite ? »

Près d’un siècle après la mort de Nicolas II, la dynastie continue d’exercer une irrésistible fascination… mais, à y regarder de plus près, les quelques trois cents années qui s’écoulent entre l’avènement de Michel Romanov en 1613 et la disparition de la famille impériale en juillet 1918 ont été placées sous le signe de la violence. Comme le formule  Dimitri  Merejkovsky: « le billot, la corde, le poison, tels sont les vrais emblèmes de l’autocratie russe (…) L’onction de Dieu sur le front des tsars s’est transformée en la marque et malédiction de Caïn ».Avec Catherine de Vaucorbeil, conférencière, historienne formée à l’Ecole des chartes et spécialiste du monde slave

Le 12 décembre à 17h30 « Quelques idées reçues sur la Russie et les Russes » .avec Catherine de Vaucorbeil

En France, nous avons tous des idées un peu romanesques  sur les Russes. L’arrivée des Cosaques sur les Champs Elysées en 1814, le personnage du  général Dourakine, les nuits folles de Pigalle au temps des  princes chauffeurs de taxi ont contribué à forger un mythe : les Russes seraient violents, passionnés, prêts à toutes les folies…Nous vous proposons d’examiner quelques- unes de ces idées reçues pour nous faire notre idée sur ce peuple de tous les extrêmes !
Le 2 janvier à 17h30: Voyages russes : Kalouga, capitale du Nouvel an en Russie
Découvrez la ville russe de Kalouga située  à 180 km au sud-ouest de Moscou qui vit une aventure extraordinaire cette année : elle est élue capitale du Nouvel an-2021 en Russie. Avec l’association « Le pont de l’amitié »
Le 9 janvier à 17h30: Concert de Noël : retrouvez Léonid Zelitchonok, l’homme orchestre, pour une soirée découverte des instruments traditionnelles russes en musique
Le 23 janvier à 17h30:  « Saint-Pétersbourg, le rêve de Pierre ». Avec Catherine de Vaucorbeil, conférencière, historienne formée à l’Ecole des chartes et spécialiste du monde slave
Nulle ville n’est plus préméditée que Saint Pétersbourg, elle est née de la seule pensée et de la seule volonté d’un seul homme :le tsar Pierre. Il jette son dévolu sur les rives de la Néva, à l’extrémité de son pays  au coeur d’une nature  inhospitalière décrite admirablement par Pouchkine dans le Cavalier de Bronze: « le rivage bourbeux, moussu, était tacheté d’isbas noires, abri de Finnois misérables, et la forêt , inconnue des rayons d’un soleil que cachait la brume, partout bruissait ». Aujourd’hui devant les splendeurs architecturales de la ville et les embellissements apportés par les successeurs de Pierre, en particulier les tsarines Elisabeth et Catherine , il est bon de se remémorer l’incroyable pari que représentait la construction de cette ville en 1703.
6 février à 17h30:  Dans l’intimité du couple Tourguéniev et Viardot – « Le plus bel exemple d’histoire d’amour du XIXe siècle ». Avec Marc Zviguilsky
20 février à 17h30 : »Voyages russes: Moscou d’hier et d’aujourd’hui » » – Avec Catherine de Vaucorbeil
Découvrez l’histoire de cette ville russe qui attire des millions de touristes tous les ans, avec ses quartiers historiques et ses quartiers ultra modernes.
13 mars à 17h30: « Kazan, joyau multiculturel de la Russie »
Découvrez la ville de Kazan, située à 700 kilomètres de Moscou, l’exemple parfait de la mixité ethnique, culturelle et religieuse.
Inscription : https://www.weezevent.com/kazan
« A Kazan, à Kazan ! » C’était le cri poussé par les armées d’Ivan le terrible lors de la  conquête de ville en 1552 qui marque le début de l’expansion russe vers l’est . Depuis 450 ans , chrétiens et musulmans y font bon ménage à l’image du kremlin de Kazan où le minaret de la mosquée Koul-Charif côtoie les bulbes de la cathédrale orthodoxe ! Contrairement à la Tchétchénie qui s’engage vers l’indépendance dès 1994 , le Tatarstan a opté pragmatiquement pour une voie moyenne et négocié  un traité bilatéral extrêmement favorable avec Moscou, la ville affiche aujourd’hui un visage prospère et moderne tout en conservant des vieux quartiers tatars où l’on vit à un rythme moins trépidant .
Avec Catherine de Vaucorbeil, conférencière, historienne formée à l’Ecole des Chartes et spécialiste du monde slave

Le 10 avril à 17h30: La Russie spatiale

Découvrez les sites mythiques en Russie consacrés à l’histoire de  l’exploration de l’espace : Kalouga, Samara, les cosmodromes Baïkonour et Plessetsk

Avec la participation du cosmonaute Andreï Borissenko

Inscription obligatoire : https://www.weezevent.com/la-russie-spatiale

Le 24 avril à 18h30: Les Russes blancs

Avec Catherine de Vaucorbeil, conférencière, historienne formée à l’Ecole des Chartes et spécialiste du monde slave

Après la révolution de 17 et la guerre civile qui s’ensuit, nombreux sont les émigrés russes à s’installer à Paris et sa proche banlieue. Paris devient la capitale de la diaspora russe. Dans le XVème arrondissement, à Issy, à Vanves, à Meudon , à Clamart ,on voit se créer de véritables petites Russies en exil avec leurs églises, leurs épiceries, leurs librairies. Entre ces ilots de Russie, le chauffeur de taxi, ce nouveau déraciné de la terre russe, ce nomade urbain toujours en déplacement , joue un rôle très important, transportant les nouvelles en même temps que les clients. La vie religieuse est particulièrement intense, la vie associative n’est pas en reste, elle apporte convivialité et entraide à ces hommes et ces femmes obligés de travailler dur pour survivre. La plupart se sentent investis d’un rôle de gardiens de mémoire :  tandis que les Bolchéviks s’en prennent aux églises  et aux traditions ancestrales, l’émigration se pose en gardienne de mémoire et en conservatoire de la culture russe.

Inscription obligatoire : https://www.weezevent.com/les-russes-blancs

Le 22 mai à 18h30: Ls frères Morozov et leur collection

Préparez votre visite de l’exposition « La collection Morozov. Icônes de l’art moderne » qui aura lieu à la Fondation Louis Vuitton au printemps.

Avec Catherine de Vaucorbeil, conférencière, historienne formée à l’Ecole des Chartes et spécialiste du monde slave

Inscription obligatoire: https://www.weezevent.com/la-collection-morozov

Ce cycle de conférences est financé grâce à vos adhésions et vos dons.

Suivez les actualités sur www.linguarik.com et https://www.facebook.com/Linguarik/



daniele lochakDanièle LOCHAK est professeure de droit public émérite de l’université de Paris Nanterre où elle a eu la responsabilité du master « Droits de l’homme » et assumé la direction du Centre de recherches et d’études sur les droits fondamentaux (Credof). Engagée de longue date dans le milieu associatif, elle a été présidente du Gisti (Groupe d’information et de soutien des immigré·e·s) et vice-présidente de la Ligue des droits de l’Homme, deux associations dans lesquelles elle est encore très active.                               Ses recherches et ses principales publications portent sur la théorie générale des droits de l’Homme et des libertés fondamentales, le droit des étrangers et les politiques d’immigration, les discriminations, les usages sociaux du droit.
Son sujet: « Les politiques migratoires : la France et l’Union européenne » : Comment la « maîtrise des flux migratoires » et le contrôle des frontières sont progressivement été érigés en objectif primordial en France comme dans l’ensemble de l’Union européenne, au prix d’atteintes croissantes aux droits fondamentaux des personnes migrantes.
Le plan de son intervention: DL-universite- Poissy-Plan


Francis LOUIS a étudié le chinois à Taïwan et y a commencé sa carrière professionnelle, poursuivie ensuite en Chine continentale et dans d’autres pays  où il a mené une carrière d’administratif de chantier  avant de devenir DRH d’une société de mécanique dans la Nièvre pendant 15 ans et juge prud’homal.
Passionné par la Chine, il fera une conférence sur Taïwan qu’il connaît si bien.

Nous avons eu, avant le déclenchement du confinement, l’occasion de parler de l’histoire de Taïwan du XVIème siècle jusqu’au moment où le Japon qui avait occupé l’île depuis 1895, la remettait au gouvernement légal de la Chine, en 1945.
La période qui débute (1949) avec l’arrivée sur l’île du Président de la République de Chine – Chang Kai shek- et deux millions de personnes de son administration et de son armée défaite dans la guerre civile est captivante. Cela a commencé comme la dictature d’un Président et d’un parti -le Kuo Ming Tang- qui feignaient de croire qu’ils pourraient « reconquérir le continent » (du point de vue de Taïwan, « le continent » signifie la terre chinoise, de l’autre côté du détroit).
Peu à peu, dans un environ asiatique troublé (la guerre des îles -Quemoy et Matsu-, la guerre de Corée, la guerre du Viet Nam) Taïwan perd tout : la reconnaissance internationale, son siège à l’ONU. Pourtant se met en place une industrialisation de l’île et certaines réformes qui portent leurs fruits alors que le continent connaît, après des désastres comme « le grand bond en avant », la terrible « révolution culturelle ».
A la mort de Chang Kai shek, son fils (Jiang Jing Guo), lui succède. L’industrialisation de l’île se confirme. L’éducation est un succès. Avec Jiang Jing Guo débute (lentement) le processus de démocratisation et de taïwanisation (les habitants de l’île remplacent les « continentaux » dans les postes clés).
A ce jour, et après que l’on en soit au quatrième président démocratiquement élu (actuellement il s’agit d’une femme Tsaï Ying wen), ce pays de 23,8 millions d’habitants est la seule véritable démocratie dans le monde culturel chinois. Isolé par Pékin, méconnu par l’OMS, Taiwan fut le pays qui eut la meilleure gestion de la pandémie (8 décès). Confronté actuellement à un danger de main mise brutale (comme à Hong Kong) du « continent » , Taïwan refuse absolument le programme de Pékin « un pays, deux systèmes » car il apparaît que c’est un leurre.
Les démocraties occidentales soutiendront-elles ce pays ?
documentation annexe: TWN UPP

Au 2e trimestre, il va intervenir à deux reprises pour parler d’un mythe chinois : « Confucius ».

documents à voir pour la 2e conférence: Pre-sentation confe-rence 3 mars

Un mythe, car on a fait du sage du IV ème siècle avant JC, un inventeur de proverbes, alors que son influence a marqué profondément la culture chinoise et celle des nations environnantes.
Dans une première conférence, je voudrais situer l’époque et parler de la vie du Maître. A la fin de la dynastie Zhou (IV ème siècle avant JC), le pays jusque-là unifié, se divise en de nombreux états qui ne cessent de se combattre. Époque appelée « période des royaumes combattants ». La division en plusieurs états va durer jusqu’à la dynastie Qin qui unifie le monde chinois et constitue l’Empire. Dans une sphère culturelle en ruines, où n’existe plus aucune valeur commune, Confucius, tel un pèlerin, va d’un état à l’autre pour essayer d’affirmer des préceptes éthiques et politiques. Autant le dire tout de suite, ce fut un échec total. Pourtant, cet homme a profondément marqué la culture chinoise que l’on pourrait définir à partir de ses trois bases : le confucianisme, le taoïsme, le bouddhisme.
Deuxième conférence : le texte le plus connu du Maître, le Lun Yu (Les Entretiens) n’est pas très long : 20 chapitres, environ 800 paragraphes. La lecture peut en apparaître décourageante car d’une affligeante banalité, et ce fut bien mon impression quand je l’abordais pour la première fois. Il y a donc un a priori culturel à dépasser. Comme le dit le Maître lui-même « toute ma pensée tient à un fil unique » : celui-ci se nomme le ren que l’on peut traduire par « la vertu d’humanité » ou ce qui fait qu’un homme est homme. Et il apparaîtra que ce n’est pas simple à saisir car, dans le texte, les négations abondent plus que les affirmations.
J’ai l’intention, un mois avant cette deuxième conférence qui porte sur la pensée confucéenne, de lister les thèmes majeurs des Entretiens : le ren, les rites, la politique, l’étude… et comme ils sont trop nombreux de vous laisser choisir les thèmes que nous allons suivre. Hormis le fait que j’ai passé beaucoup de temps à lire et traduire Confucius, je ne serai pas plus avancé que vous pour comprendre les phrases obscures (ceci n’est pas une formule de fausse modestie) et il sera d’autant plus intéressant d’échanger.
Avant de vous quitter je me permets de vous citer ce passage qui est un de mes favoris
Le Maître dit :
À quinze ans, j’eus la volonté d’apprendre,
À trente ans, elle était enracinée en moi,
À quarante ans, je ne connaissais plus l’hésitation,
À cinquante ans, je connaissais la Voie (l’ordre du Ciel en moi),
À soixante ans, j‘avais une oreille parfaitement accordée,
À soixante-dix ans je suivais les désirs de mon cœur sans jamais déroger à la Voie.
Si je puis me permettre une lecture : la meilleure introduction à Confucius est un livre de l’auteur japonais Yasushi Inoué, Confucius


j maigreJosé MAIGRE a été professeur pendant une bonne partie de sa vie active en détachement au Ministère des Armées, et en particulier à Saint-Cyr dont il a été proviseur. Il a suivi une session de l’IHEDN  (Institut des Hautes Études de la Défense nationale)et a été pendant dix ans membre du trinôme académique pour l’académie de Versailles. Il a fait des recherches d’histoire dans les archives de l’armée. Il a été conservateur du musée du lycée militaire et a participé à plusieurs émissions à la radio et à la télévision où il a collaboré avec Stéphane Bern dans « Secrets d’Histoire ». Il est Bibliothécaire-archiviste de la Commission française d’Histoire militaire au château de Vincennes depuis 2011 et secrétaire du comité de Poissy du « Souvenir Français ». Il est aussi responsable du site Facebook de la Commission française d’Histoire militaire. Il a écrit plusieurs ouvrages et articles, dont celui en cours de bouclage sur Les trois siècles de Saint-Cyr pour les éditions Perrin  qui est à la base de la conférence qu’il propose.



MalsagneStéphane MALSAGNE est agrégé et Docteur en Histoire; il enseigne à Sciences-Po. Il est spécialiste de l’histoire du Moyen-Orient et du Liban et auteur de quatre livres:

  • Fouad Chéhab, une figure oubliée de l’Histoire libanaise, Karthala, 2011.
  • Louis-Joseph Lebret. Journal au Liban et au Moyen-Orient, Geuthner, 2014.
  • Charles-Eudes Bonin (1865-1929), explorateur-diplomate, Geuthner, 2015.
  • Sous l’œil de la diplomatie française. Le Liban de 1946 à 1990, Geuthner, 2017 (prix Diane Potier-Boès de l’Académie française)

En lien avec l’ouvrage qu’il vient de publier avec Dilma de Klerc: Le Liban en guerre, 1945-1990, Belin,  il nous offre au 2e trimestre deux conférences sur les thèmes suivants:

Les origines du Liban moderne (1860-1943) LE LIBAN DE 1860 a 1943

Le Liban de l’indépendance à la guerre civile (1943-1990) Le Liban de 1943 a 1990 Poissy

Ces livres se trouvent à  la librairie du Pincerais.



DSC08677Miriam MEIER est professeur agrégée d’histoire à la retraite. Après avoir enseigné au Lycée français de Milan, elle est passée au lycée Le Corbusier de Poissy. Depuis quelques années, elle anime les « Causeries Historiques » à la suite de Bernadette Dieudonné.

Le programme de cette année porte sur la première moitié du XIXe siècle en France et en Europe. Attention, j’ai modifié l’ordre des séances car ce n’était pas logique (24/012021) planning 1e moitié XIXe s

documents complémentaires pour le 1er chapitre sur l’époque napoléonienne: docts pr site, ainsi que la bibliographie: bibliographie

Les documents pour le chapitre 2:docts pr site nap ch 2     bibliographie: biblio ch 2

le Congrès de Vienne: Image1 in l’Histoire à la carte

bilan congrès de vienne, bibliographie congrès de Vienne

la Restauration (documents et bibliographie): docts restauration

le romantisme: quelques documents complémentaires à voir avant la séance. bien entendu, les oeuvres des romantiques sont à voir à part. chronotextes pr site

Les aspirations nationalistes et libérales en Europe: chrono pr site, docts pr site

——————————

reprise des conférences de l’an dernier sur la Révolution.

1- la crise finale de l’Ancien Régime,  documents complémentaires : docts à transmettre 

cahier abrégé 

2- 1789 l’année lumière: docts pr sitechrono Revchrono.jpg

Voici la bibliographie utilisée, qui sera complétée au fur et à mesure des chapitres: bibliographie pour site

ch 2: 1789, documents annexes: docts pr site

ch3: la monarchie constitutionnelle: docts mon cntlle site

ch 4: les débuts de la 1e République: docts pr site

ch 5: la Terreur La Terreur- docts pr site;  Bibliographie consultée pour la Terreur Comparaison sommaire des parcours de Danton et Robespierre

documents pour la 2e séance sur la Terreur: La Terreur2-docts

ch 6: la Convention thermidorienne

ch 7: Le Directoire: chronologie complémentaire: chrono

ch 8: les guerres révolutionnaires (1)Europe_1792_maxi

les guerres révolutionnaires (2): la guerre de Vendéeg vendéechrono vendée

et la bibliographie: Les guerres révolutionnaires- bibliogaphie

ch 9: la contagion révolutionnaire en Europe

bibliographie: bibliogaphie contagion révolutionnaire

*****

Elle anime avec Gérard LAFLOTTE le ciné-club historique.


s200_ian.millmanIan MILLMAN a enseigné l’anglais en IUT. C’est le spécialiste en France du peintre Georges de Feure, appartenant au courant de l’Art nouveau, sur lequel il a publié à diverses reprises. il a aussi organisé des expositions, par exemple au Musée Maurice Denis de Saint-Germain-en-Laye. Il partage sa vie entre la France et le Japon.


DSC08698Geneviève NOËL a enseigné en Lettres classiques au collège. Elle assure depuis de nombreuses années des cours de langue et littérature latines à la salle Robespierre.

Cette année, elle suivra son groupe, déjà bien avancé, et commencera un autre cours d’initiation pour les néophytes.

Latin avancé : Approfondissement de la langue latine.
Les empereurs romains vus par les auteurs latins ( textes à traduire )
groupe débutant : Découverte de la langue latine.
Les débuts de l’histoire romaine ( traduction de textes )



michele olivainMichèle OLIVAIN est professeure de lettres retraitée.  Depuis 1989, elle participe à la promotion et la mise en œuvre de la Convention internationale relative aux droits de l’enfant (CIDE) dans le cadre du COFRADE – Conseil français des associations pour les droits de l’enfant. Le COFRADE agit en France auprès des pouvoirs publics,
présente un contre rapport lors des auditions de la France par le Comité
ONU des droits de l’enfant à Genève.